top of page
Rechercher

Décrochage scolaire, comment aider son enfant ?

Le décrochage scolaire est dit "multifactoriel". En effet, ce phénomène n'est pas seulement lié aux capacités scolaires de l'élève. Les premiers facteurs cités par les élèves eux-mêmes sont le manque d'implication des parents dans leur scolarité, le fait que le système ne valorise pas leurs talents et compétences, le manque d'adaptation du système à leurs besoins et les violences subies à l'école.


Pour vous parents qui avez un ado en décrochage scolaire et qui ne savez vraiment plus quoi faire pour votre enfant. Peut-être avez-vous peur pour son avenir ? pour sa santé ? pour sa vie sociale ?... et pour tant d'autres choses qui se jouent aussi !



Une nouvelle génération

Revenons un peu dans un passé pas si lointain où une génération toute entière a entendu "Fais ce que je te dis et ne réfléchis pas !" ; "Si tu veux un métier, tu n'as pas le choix, il faut bosser à l'école !"

Quels types d'adultes cela a fait grandir ? pour certains des adultes en multiples reconversions professionnelles, en burn-out, au chômage, en dépression...


Seulement voilà, l'adolescent d'aujourd'hui a un profond besoin de sens dans ce qu'il fait et ce qu'il vit au quotidien. C'est la raison pour laquelle il a du mal à trouver sa motivation quand il perd le sens. Il ne se satisfera donc pas d'un "Ne réfléchis pas!".

Trouver sa place sera par conséquent peut-être plus long et, probablement que ce besoin, évoluera tout au long de sa vie parce qu'il s'écoutera.


J'explique souvent en séance l'évolution de ces générations d'enfants par le schéma ci-après "De l'enfant adapté.... à l'enfant réalisé"


Mieux comprendre le décrochage scolaire

Aujourd'hui, il est urgent de comprendre pourquoi de plus en plus de jeunes rompent avec leur scolarité.

Ils ont un fort besoin de LIBERTÉ, d'exprimer leur DIFFÉRENCE et c'est justement cela qui les éloigne du système scolaire classique. Leur singularité ne peut être accueillie à sa juste valeur. Ils ne sont pas les mêmes jeunes qu'hier et pourtant, l'enseignement scolaire n'a que très peu évolué.


Ils ont besoin d'être mieux compris, mieux entendus, mieux valorisés, mieux accompagnés pour mieux se connaître eux-mêmes et avancer avec plus de confiance dans une direction qui leur parle vraiment.


D'autres approches pédagogiques existent (Montessori, Freinet, Apprentis d'Auteuil) et accompagnent ces jeunes avec un regard différent. Ces pistes peuvent être explorées, testées, rien n'est à écarter.


En tant que parent, prendre le temps de questionner son enfant sur ce qu'il a réellement envie de faire peut ouvrir des portes. Et là, une ouverture vers les nouveaux métiers, les nouvelles filières, les nouveaux cursus, les parcours atypiques va être indispensable aux parents. Les C.I.O. et missions locales peuvent être d'une grande aide pour cela.



Comment questionner son enfant pendant sa scolarité ?

Lui demander :

- s'il trouve du sens dans ce qu'il fait (école, loisirs, vie virtuelle, amis...),

- dans quelles matières prend-il du plaisir à apprendre ce qu'on lui enseigne,

- s'il comprend l'intérêt de ce qu'on lui enseigne par rapport à des perspectives d'orientation ?

Voir avec lui s'il est possible de trouver d'autres sources d'informations et d'enseignements pour satisfaire ses intérêts (associations, internet).


Par ailleurs, c'est un âge où il évolue et la qualité de son environnement peut être autant bénéfique que destructrice pendant cette période :

  • a-t-il des amis ? ses camarades sont-ils toujours dans le même état d'esprit que lui ? A-t-il été victime de harcèlement ou a-t-il subi des violences ?

  • quelles sont ses conditions de scolarité (conditions de travail à la maison, relations familiales, temps de transport, relations avec ses enseignants, sentiment d'insécurité...) ?

  • dans quel état d'esprit sont les parents par rapport à un parcours différent du leur

  • pratique-t-il une activité extra-scolaire et si oui, lui plaît-elle toujours ?

Entourer, s'adapter

Un ado perdu a besoin d'un parent présent, même s'il répète en boucle qu'il n'a pas besoin de ses parents "relous". Le but est de récréer du lien s'il s'est étiolé, de lui apporter la sécurité affective et l'autoriser à avoir des bas.


Il sera aussi utile de s'appuyer sur un entourage professionnel compétent pour son orientation et, si nécessaire, un accompagnement psychologique.


Projeter ses envies de réussite et ses propres peurs sur son enfant peut lui faire peur et lui faire perdre ses moyens. Il peut avoir le sentiment de ne pas être à la hauteur.

S'adapter à son niveau, l'autoriser à commencer par de tout petits pas avant de viser un objectif trop élevé va l'aider à aller plus loin, plus sereinement !


"Avoir des rêves c'est bien,

suivre ses propres rêves en étant soi-même,

c'est mieux"




Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez :


=> m'appeler 06 27 41 29 83


=> prendre RDV :


=> visiter mon site internet :


=> consulter des avis sur ma page Google . . . . en cliquant ici =>



Cabinet : 21 Chemin Bécard, 33140 Villenave d'Ornon










bottom of page